Quand l'état perd le controle de sa monnaie, il court à la faillite

Pour un état, ne pas contrôler sa monnaie, c’est perdre sa souveraineté, s'endetter auprès de banques privées qui pratiquent des taux d’intérêts sur lesquels les états n'ont aucun contrôle, et à terme c'est la faillite. Aujourd'hui, c’est les banques qui sont les maîtres du jeu, les états ne font que subir sans pouvoir intervenir."

Retour